Mot-clé : inspiration

motivation au travail

Trucs pour (re)trouver la motivation au travail

Ah, la motivation au travail! Sujet d’intérêt pour plusieurs, sujet galvaudé pour d’autres, mais toujours aussi important, surtout lorsque l’on est travailleur autonome ou pigiste. J’en sais quelque chose! Voilà plus de deux ans que je suis rédactrice à la pige. Je dois chaque jour trouver une source de motivation au travail pour conserver la créativité et l’énergie qui m’animent. Je vous partage aujourd’hui mes cinq trucs pour (re)trouver la motivation au travail.

Aménager un espace de travail invitant

Tout commence par se donner l’envie de travailler. Une personne motivée à travailler injectera forcément plus d’énergie au boulot. D’où l’importance d’aménager un espace de travail invitant et à votre image. Que vous soyez dans un cubicule, dans un bureau fermé ou à la maison, il est possible de personnaliser votre environnement de travail.

Faites le plein d’idées sur Pinterest ou consultez les catalogues – imprimés ou en ligne – de vos boutiques de décoration préférées. Bref, trouvez votre propre style et transposez-le dans votre espace de travail. Pas besoin d’investir beaucoup d’argent pour y arriver. Ce sont parfois de petits détails qui font toute la différence!

Avoir les bons outils de travail

Une autre façon d’augmenter votre motivation – et votre efficacité – consiste à vous prévaloir des bons outils de travail. On néglige souvent de bien s’équiper en matière de technologies et de fournitures de bureau. On pense économiser, mais c’est tout le contraire! Des outils de travail désuets peuvent nous faire perdre un temps fou et diminuer notre productivité au travail.

Par exemple, un de mes clients m’a parlé de l’application Zoho. Après y avoir jeté un coup d’œil, je l’ai tout de suite adoptée! Zoho me facilite grandement la tâche pour la facturation de mes clients et pour le suivi de mes dépenses professionnelles. L’abonnement annuel que je paie est très rentable : j’ai cessé de perdre mon temps à noter mes heures ici et là pour accéder à une démarche plus structurée.

Fixer des objectifs quotidiens

On l’entend souvent, me direz-vous, mais c’est la base. Se fixer chaque jour des objectifs clairs, mesurables et réalistes aide beaucoup à garder le cap. Il existe plusieurs façons de procéder. Certains opteront pour une to-do list, alors que d’autres inscriront leurs objectifs directement dans un cahier de notes ou dans un agenda.

Personnellement, j’utilise un peu de tout ça : je tiens un agenda Google avec les délais de mes projets et je dresse aussi une liste de tâches à accomplir par jour et par semaine. Mon agenda Google m’envoie des rappels (grâce aux alarmes que j’ai créées) et ma liste de tâches me donne un aperçu du travail qui m’attend.

Échanger avec d’autres professionnels

La motivation au travail peut aussi s’entretenir grâce au contact avec d’autres professionnels : des collègues, des partenaires ou d’autres personnes de votre réseau. Prendre le temps de discuter de l’actualité dans votre secteur d’activité, des nouveautés en formation continue ou simplement de votre quotidien au travail est bénéfique pour tous.

En ce qui me concerne, je privilégie beaucoup le réseautage. J’y ai non seulement rencontré plusieurs clients, mais aussi des entrepreneurs passionnés comme moi. Certains sont aussi devenus des partenaires de confiance et des projets stimulants nous attendent.

Se récompenser

Après tout, on mérite bien une petite récompense! La motivation n’en sera que plus grande si l’on prend le temps de s’offrir une petite douceur. Un bon café spécialisé, une séance d’entrainement ou un petit cadeau ne sont que quelques exemples de récompenses. À vous de trouver ce qui vous motive le plus à donner votre 110 % au jour le jour!

Alors, lesquels de ces trucs vous inspirent? Peut-être en avez-vous d’autres à partager avec moi. Je suis curieuse de savoir comment vous arrivez à (re)trouver votre motivation au travail!

 

nouvelleorthographeCe blogue utilise les rectifications de l’orthographe du français.

Lire plus

Comment vaincre le syndrome de la page blanche?

Le syndrome de la page blanche, vous connaissez? Vous savez, cette angoisse indescriptible que nous avons tous ressentie un jour ou l’autre devant un texte à écrire – même moi, je l’avoue!

Je vous propose aujourd’hui quelques astuces pour vous débarrasser une fois pour toutes de la « peur de la page blanche ».

Mais de quoi s’agit-il?

Aussi appelé le « blocage de l’écrivain » le syndrome de la page blanche est l’angoisse vécue lorsqu’il y a difficulté à trouver l’inspiration et la créativité nécessaires pour écrire.

Plusieurs émotions sont alors ressenties : anxiété, stress, sentiment d’incompétence, impuissance, etc. La panique s’empare de la personne, qui se sent encore plus vulnérable. C’est le début d’un cercle vicieux; plus la personne anticipe le syndrome de la page blanche, plus celui-ci refait surface.

Comment y remédier?

Trouvez un lieu de création confortable et stimulant qui vous convient. Ce lieu peut varier d’une personne à l’autre : certaines préfèrent écrire à la maison en toute tranquillité, alors que d’autres aiment les endroits plus vivants comme les cafés. À vous de décider!

Choisissez le moment de la journée où votre productivité est à son apogée. En ce qui me concerne, c’est tôt le matin que je suis le plus inspirée. C’est donc à ce moment que les idées fusent dans tous les sens. Et vous, quel est le vôtre?

Cessez de vous censurer! Écrivez spontanément tout ce qui vous passe par la tête. Vous pourrez ensuite vous relire et améliorer certains passages moins bien réussis. Plus vous vous entêterez à écrire la version finale dès le début, plus vous contribuerez à alimenter le syndrome de la page blanche.

Faites preuve de patience! Une expression bien connue dit que « l’appétit vient en mangeant ». Pour ma part, je crois que « la créativité vient en s’exerçant », d’où l’importance de ne pas lâcher prise et de persister.

Dans le doute, mettez votre travail de côté pour vous changer les idées. Vous y reviendrez un peu plus tard, à tête reposée. Vous pouvez aussi demander à un collègue, un ami ou un membre de votre famille de vous lire afin de donner ses commentaires.

En terminant, n’oubliez pas que la rédaction est un art qui s’apprend. Bien entendu, certaines personnes possèdent des aptitudes naturelles qui facilitent l’écriture, mais quiconque investit les efforts nécessaires peut arriver à développer cette habileté. À vos crayons!

 

nouvelleorthographeCe blogue utilise les rectifications de l’orthographe du français.

Lire plus