Archives mensuelles : Jan 2015

Rédactrice pigiste, vous dites?

Plusieurs personnes de mon entourage me demandent ce que je fais pour gagner ma vie. Je leur réponds alors que je suis rédactrice pigiste. Toutes hochent la tête en signe d’approbation, puis me disent après quelques secondes d’hésitation : « et ça consiste en quoi, exactement? »

Qu’est-ce que ça mange en hiver, un rédacteur?

Comme son nom l’indique, la profession de rédacteur ou de rédactrice consiste à rédiger des textes. Le ou la professionnelle peut, par exemple, fournir des textes spécialisés, des articles dans une entreprise de presse ou un média d’information, des textes publicitaires ou encore du contenu web. Bref, chaque rédacteur ou rédactrice se spécialise généralement dans un ou quelques domaines bien précis. C’est ce qu’on appelle « trouver son créneau ».

Par ailleurs, certains rédacteurs et rédactrices sont employés par des entreprises, organisations ou gouvernements. D’autres optent pour le titre de « pigiste », par choix ou par obligation. Ils travaillent donc sur demande, en fonction des besoins de différents clients qui n’ont pas de rédacteur ou rédactrice à leur emploi ou qui cherchent une ressource temporaire pour compléter leur équipe. Une chose est certaine : les avantages pour une entreprise de recourir aux services d’un rédacteur ou d’une rédactrice pigiste sont nombreux – nous en parlerons dans un autre billet de blogue.

L’encadrement de la profession

Bien qu’il n’existe aucun ordre professionnel comme c’est le cas pour d’autres professions, la Société québécoise de la rédaction professionnelle propose de reconnaître les compétences de ses membres. Ainsi, tout professionnel répondant aux critères de la SQRF bénéficie du titre de « rédacteur agréé », gage de qualité pour les entreprises et organisations à la recherche de professionnels consciencieux.

Également, de plus en plus de programmes universitaires offrent des formations axées sur la rédaction. C’est notamment le cas du baccalauréat en communication, rédaction et multimédia de l’Université de Sherbrooke – là où j’ai étudié de 2003 à 2006. Dirigés par des professionnels réputés, les cours de cette formation accordent une importance particulière à la créativité et au style rédactionnel… sans oublier la qualité de la langue française – eh oui, personne n’y échappe!

Les hauts et les bas de la profession

Comme partout ailleurs, il y a des avantages et des inconvénients à être rédacteur ou rédactrice pigiste. Bien sûr, on fait ses propres horaires de travail, on arrive à une meilleure conciliation travail-famille et on choisit ses mandats. On doit toutefois faire preuve d’une grande discipline, constamment trouver des sources d’inspiration et apprendre à devenir son propre patron. Parfois, les contrats se présentent tous en même temps, alors qu’à certains moments ils se font plus rares. C’est là que le réseautage prend toute son importance.

En ce qui me concerne, ce choix professionnel est l’aboutissement d’une suite logique d’expériences des 7 dernières années sur le marché du travail. J’ai envie de relever ce nouveau défi et je suis bien soutenue par mes associés au sein de l’entreprise familiale Lambert & Bonin.

Peut-on vraiment vivre de la rédaction à la pige?

Je n’ai pas fait de recherche exhaustive sur la question, alors il s’agit ici de mon point de vue personnel. J’ai tendance à croire que quiconque travaille très fort peut tirer son épingle du jeu et bien gagner sa vie. Tout est une question de compétence, de réseautage et de « timing » — excusez l’expression anglophone. Une personne qui rédige des textes efficaces, qui sait répondre aux attentes du client et qui sait bien « se vendre » peut accomplir de grandes choses.

Dans mon cas, la vie m’a appris que la sécurité d’emploi n’existe pas ou très peu. J’ai donc décidé de tenter le coup au printemps dernier après une seconde perte d’emploi en politique. Même si ce n’est pas toujours rose, je suis convaincue qu’il existe une place pour mon travail. C’est du moins ce que je me répète chaque jour… et ça fonctionne!

 

nouvelleorthographeCe blogue utilise les rectifications de l’orthographe du français.

Lire plus