Rédaction

cout rédaction web

Combien ça coute la rédaction web?

Cette question-là, on me l’a souvent posée! Rédactrice pigiste depuis plus de quatre ans, je collabore chaque jour avec des agences web et des PME pour répondre à leurs besoins en rédaction web. Dans cet article, je propose de vous présenter clairement mon tarif en rédaction web et ma méthode de facturation. Je ne prétends pas répondre à la question au nom de tous les rédacteurs pigistes, loin de là! Non, je vise plutôt à mettre en valeur ma réflexion des dernières années. Voici donc, sans plus tarder, les réponses à vos questions au sujet de mon tarif en rédaction web.

Quel est ton tarif en rédaction web? Au mot ou à l’heure?

Personnellement, je n’ai jamais facturé au mot pour de la rédaction web. À mon avis, la tarification au mot se prête davantage à la traduction qu’à la rédaction. Plusieurs pigistes en rédaction semblent partager ma vision sur cet aspect. La rédaction fait surtout référence à la créativité; on peut réussir à exprimer clairement une idée en très peu de mots… ou en beaucoup de mots! Alors pourquoi exiger un tarif au mot quand tout est relatif? Tout ça pour dire que mon tarif horaire pour la rédaction web est de 50 $ (taxes en sus).

Ce n’est pas un peu cher juste pour de la rédaction web?

À première vue, ça peut paraitre élevé pour certains entrepreneurs ou dirigeants de PME. Il faut toutefois prendre en considération que, en tant que rédactrice pigiste, :

  • je n’ai aucune sécurité d’emploi, ce qui implique des périodes très achalandées et aussi des périodes creuses;
  • je travaille parfois le soir ou le week-end pour répondre aux demandes urgentes de mes clients;
  • je n’ai pas d’avantages sociaux comme des vacances payées, des congés de maladie, des assurances collectives ou un fonds de pension;
  • je fournis tout le matériel requis (bureau, iMac, iPad, iPhone, Office Pro, logiciel de gestion du temps et de facturation, etc.);
  • je veille à mes besoins en formation continue pour maintenir mes connaissances à jour;
  • je participe à diverses activités de réseautage pour attirer et fidéliser ma clientèle.

Et surtout, je suis une rédactrice pigiste spécialisée en rédaction web, notamment grâce à mes certifications en SEO et en Inbound marketing. Cumulant plus de dix ans d’expérience en rédaction, j’offre des services de grande qualité à chacun de mes clients, si bien qu’ils reviennent me voir d’un mandat à l’autre.

J’insiste aussi pour dire que mes services n’incluent pas seulement la rédaction web.

  • J’effectue toujours une rencontre ou un appel client d’au moins une heure en début de projet, à la suite de quoi je prends le temps de bien transcrire mes notes dans un dossier que je conserve et que j’entretiens précieusement au fil du temps.
  • J’entame une recherche complémentaire pour bonifier l’information transmise ou pour trouver des renseignements supplémentaires. Il m’arrive aussi de déceler des incohérences ou des éléments importants dans l’information qui m’est donnée par le client. Comme quoi un regard neuf est souvent une bonne chose!
  • Je fais une recherche SEO de base pour identifier des mots clés pertinents afin de maximiser le référencement naturel des sites web et articles de blogue que je rédige. À moins, bien sûr, qu’un stratège numérique ait préparé une stratégie. Dans ce cas, je prends connaissance de cette stratégie pour bien la concrétiser.
  • Je me lance dans la rédaction web – oui, oui, après ces étapes, pas avant!
  • Je procède à l’envoi des contenus web au client en lui demandant de me revenir avec ses commentaires et ses modifications.
  • Je réponds aux demandes du client en intégrant les modifications et je lui retourne le tout pour approbation. Ici, on peut parfois faire plus d’une ronde de modifications selon la nature et la complexité du mandat.
  • Une fois les contenus web approuvés, j’offre l’assurance qualité (révision linguistique) avant la mise en ligne pour m’assurer que tout est conforme.

Selon mes recherches, les tarifs en rédaction web pour les pigistes se situaient entre 40 et 60 $ en 2012. Ils seraient maintenant de 50 à 80 $. La Société québécoise de la rédaction professionnelle suggère d’ailleurs un tarif horaire de 64 $ pour les pigistes.

Pour ma part, j’ai établi mon tarif horaire à 50 $, ce qui représente pour moi un prix tout à fait raisonnable et abordable tant pour les agences web que pour les PME.

Proposes-tu des prix forfaitaires en rédaction web?

Bien sûr! En fait, pour tout vous dire, c’est la méthode de facturation que je préfère. Après évaluation du mandat, je suis en mesure de proposer un prix forfaitaire pour la rédaction web d’un site ou d’un article de blogue. Cette façon de faire simplifie la tâche de tout le monde et chacun y trouve son compte. C’est ce que je privilégie comme méthode de facturation depuis mes débuts en tant que pigiste.

Fais-tu un test gratuit de rédaction pour un nouveau client?

Non. Je l’ai déjà fait, à mes débuts en tant que rédactrice pigiste, mais plus maintenant. J’ai compris la valeur de mon travail. Et j’ai surtout compris qu’en acceptant de faire un test gratuit, je contribuais à dévaloriser la profession de rédacteur web. Demanderiez-vous à un plombier, un comptable ou un avocat de faire un test gratuit? Poser la question, c’est y répondre. Je préfère présenter mes réalisations, mon professionnalisme et ma capacité de créer un lien de confiance avec chaque client plutôt que de travailler gratuitement.

Quel est le cout d’un site web?

La vraie réponse est : ça dépend du site web! Combien de pages web contient-il? Quel est le secteur d’activité? Est-ce qu’il existe déjà des textes ou doit-on partir de zéro? Est-ce qu’une recherche approfondie est requise? Est-ce qu’un stratège numérique a déjà identifié des mots clés? Bref, plusieurs questions se posent pour déterminer la charge de travail en rédaction web.

Cela dit, pour un site web de quelques pages, je demande habituellement un montant d’environ 1000 $, ce qui équivaut à une vingtaine d’heures de travail au tarif horaire de 50 $.

***

Et voilà! Vous connaissez maintenant mon tarif en rédaction web. Comme mentionné plus haut, il s’agit de mes réflexions et de mes honoraires – ce qui ne représente pas forcément la réalité des autres rédacteurs pigistes. Par exemple, un rédacteur web établi à Montréal exigera sans doute davantage que moi étant donné que le cout de la vie y est plus élevé. Même chose pour un rédacteur bilingue ou en fin de carrière.

À mon avis, l’idée n’est pas de « magasiner » le meilleur prix possible pour un site web ou un article de blogue. C’est plutôt de trouver le professionnel en rédaction web qui vous convient le mieux par son approche, son style rédactionnel et la qualité du service offert.

Conseil de pro : demandez clairement ce que le service inclut pour vous assurer de ne pas comparer des pommes avec des oranges!

nouvelleorthographeCe blogue utilise les rectifications de l’orthographe du français

Lire plus
Rédaction d'une lettre de motivation

Comment rédiger une lettre de présentation pour la recherche d’emploi

J’ai récemment eu l’occasion de conseiller certains clients pour la rédaction de lettres de présentation. C’est ce qui m’a donné l’idée de partager avec vous des trucs pour rédiger une bonne lettre de présentation. Qu’il s’agisse d’une candidature spontanée ou d’une réponse à une offre d’emploi, une lettre de présentation attrayante, soignée et rédigée dans un français impeccable aura toujours la cote. Découvrez, dans cet article, comment rédiger votre lettre de présentation pour vous faire remarquer et passer à l’étape suivante.

 Entête de la lettre

L’entête d’une lettre de présentation inclut, dans l’ordre, les éléments suivants :

  • la ville;
  • la date;
  • le nom, le poste et l’adresse du destinataire;
  • l’objet de la lettre;
  • l’appel de la lettre.

Corps de la lettre

Le premier paragraphe doit être percutant pour attirer l’attention des recruteurs, sans quoi ils passeront rapidement au suivant. Utilisez le principe d’entonnoir : placez les informations les plus importantes en premier. Cette technique permettra aux recruteurs de retenir l’essentiel de votre message, et ce, même s’ils ne lisent pas votre lettre jusqu’à la fin.

Concrètement, le premier paragraphe de votre lettre de présentation devrait contenir les éléments suivants :

  • le titre du poste pour lequel vous postulez;
  • la façon dont vous avez pris connaissance de l’offre d’emploi;
  • les expériences ou qualités professionnelles qui font de vous la personne tout indiquée pour occuper ce poste.

Poursuivez votre lettre en mettant en valeur vos expériences et vos réalisations pertinentes. Assurez-vous que celles-ci reprennent les éléments du profil et des exigences recherchés par l’employeur. Si vous avez de la difficulté à « bien vous vendre », demandez conseil à des gens de votre entourage. Il est toujours plus difficile de parler de soi, d’où l’idée de consulter des personnes qui vous connaissent bien sur le plan professionnel pour faire ressortir vos points forts. Bref, il vous faut répondre à la fameuse question : pourquoi devrions-nous vous choisir plutôt que les autres candidats?

Pensez aussi à dire un bon mot sur l’entreprise pour laquelle vous postulez. Expliquez brièvement pourquoi vous aimeriez y travailler et ce qui vous intéresse dans l’offre d’emploi.

Conclusion de la lettre

En conclusion, réitérez votre intérêt pour le poste convoité. Insérez ensuite une formule standard de salutations.

Pour la signature, prenez soin d’ajouter vos coordonnées sous votre nom. Même si votre numéro de téléphone et votre adresse courriel figurent sur votre CV, ajoutez-les à votre lettre de présentation pour faciliter le travail des recruteurs qui souhaitent vous joindre rapidement.

Conseils en vrac

La lettre de présentation n’est pas votre CV

Expliquer brièvement pourquoi vous devriez obtenir le poste convoité. Faites ressortir seulement quelques éléments de votre CV. Votre lettre doit inciter les recruteurs à consulter votre CV. Si tout se trouve déjà dans votre lettre, ils ne verront pas l’intérêt de passer à votre CV.

Soyez convaincant

Pour vous démarquer du lot, employez des phrases courtes, dynamiques et précises. Privilégiez les verbes d’action plutôt que les verbes passifs.

Personnalisez votre lettre

Même s’il peut être tentant d’utiliser plusieurs fois la même lettre de présentation, il est beaucoup plus avantageux de la personnaliser selon le poste affiché. Vous pouvez bien entendu reprendre certains passages, mais prenez le temps d’adapter le corps de la lettre en fonction des exigences de l’offre d’emploi. Les lettres trop générales passent souvent inaperçues par les recruteurs.

Soyez honnête

Vous ne possédez pas certaines qualités ou exigences mentionnées dans l’offre d’emploi? N’affirmez pas le contraire. Soyez franc et mettez en valeur vos forces. N’essayez pas de recopier mot à mot ce que l’employeur recherche chez un candidat. Dites plutôt en quoi vous êtes différent des autres candidats.

Faites-vous réviser

Une lettre de présentation qui contient des fautes ne donnera pas les résultats escomptés. Vous n’avez qu’une seule chance de faire bonne impression, alors ne passez pas à côté! Demandez à une personne de votre entourage ou à un professionnel de réviser votre lettre, et ce, même si vous possédez une belle plume. Un regard neuf est toujours apprécié!

Besoin d’exemples?

Pour vous inspirer, consultez les exemples de lettres de présentation disponibles gratuitement sur la Banque de dépannage linguistique de l’Office québécois de la langue française.

Mot de la fin

Soyez créatif et démarquez-vous! Trouvez le bon angle pour faire valoir votre candidature et pour capter l’attention. Placez-vous dans la peau des recruteurs. Que recherchent-ils? Qu’est-ce qui pourrait les intéresser dans votre candidature? Donnez-leur une ou des bonnes raisons de vous convoquer en entrevue. Bon succès!

 

nouvelleorthographeCe blogue utilise les rectifications de l’orthographe du français.

Lire plus

Cet été, tonifiez vos textes!

L’été est arrivé! C’est le retour du soleil, de la plage, des cocktails et des vacances… Un vent de fraicheur nous envahit et nous donne soudainement envie d’ajouter du « punch » au contenu de notre site web et de nos communications. Tonifier nos textes – oui! – mais comment? Par ici, suivez le guide!

Utilisez l’impératif

Pour des textes qui ont du mordant, utilisez l’impératif! On emploie l’impératif pour inciter à l’action et créer un sentiment d’urgence chez le lecteur.

Par exemple :
« Découvrez nos nouveautés »
« Réservez dès maintenant »
« Trouvez votre détaillant »
« Communiquez avec nous »

Question de titiller votre lecteur, ajoutez un ou deux mots qui viendront renforcer votre appel à l’action, comme « dès maintenant » ou « en exclusivité ». L’essentiel est de donner une bonne raison de passer à l’action.

Interpelez votre lecteur

N’ayez pas peur d’interpeler votre lecteur avec des questions, des statistiques ou des affirmations percutantes.

Par exemple :
« Faites-vous partie de cette majorité de femmes insatisfaites de leur apparence physique, et ce, même si vous avez un poids santé? »

Piquez la curiosité de votre lecteur en le faisant réfléchir et en l’amenant à se compromettre. C’est là une excellente entrée en matière. La preuve : je suis certaine que la plupart des femmes qui lisent ces lignes – même moi, je l’avoue! – se sont senties interpelées par mon exemple sur le poids santé!

Privilégiez les phrases courtes

Rien de mieux que des phrases brèves et accrocheuses pour capter l’attention de votre lecteur! L’utilisation de phrases courtes crée un rythme agréable et facile à lire. Généralement, une phrase de trois lignes et plus est considérée comme trop longue.

En panne d’inspiration? Plongez dans les magazines pour y puiser des idées! Remarquez le style rédactionnel simple, direct et accessible.

À vous de jouer, maintenant! Bon été :)

 

nouvelleorthographeCe blogue utilise les rectifications de l’orthographe du français. 

Lire plus

5 trucs pratiques pour rédiger comme un pro

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous quelques-uns de mes trucs de rédactrice professionnelle. Ce ne sont pas forcément des trucs qu’on apprend sur les bancs d’école – même si vous en reconnaitrez sans doute certains! En fait, ce sont plutôt des trucs que j’essaie de communiquer à mes clients afin qu’ils puissent constamment améliorer leurs compétences en rédaction.

Au fil des mandats, j’ai remarqué que ce sont souvent les mêmes éléments qui sont oubliés ou négligés. Je vous propose donc un récapitulatif de 5 trucs pratiques à intégrer pour rédiger comme un pro!

1. Faire un plan avant de rédiger

Même si ça peut paraitre long et ennuyeux, dresser un plan sommaire avant de commencer la rédaction est essentiel. Pourquoi? Parce qu’on y jette toutes les idées et tous les arguments à aborder dans le texte qui en découlera. Pas besoin de se lancer dans un plan très complexe; il suffit de placer dans un ordre logique les éléments de contenu de sorte à créer un portrait global du texte à rédiger. Le fait de structurer sa pensée évite de s’éloigner du sujet principal. Alors, faites un plan de rédaction et respectez-le!

2. Communiquer une idée à la fois

Vous avez mille et une idées? Allez-y une à la fois! À trop vouloir en dire en même temps, vous submergerez vos lecteurs, qui ne retiendront pas l’essentiel de votre message. Ou pire, vous perdrez des lecteurs qui décrocheront de votre texte. Retenez ceci : une idée par paragraphe. Et pourquoi ne pas ajouter des sous-titres en caractère gras, de la numérotation ou des listes à puces pour séparer vos idées? Voilà une façon efficace d’utiliser l’aspect visuel pour favoriser une meilleure compréhension!

3. Privilégier les phrases plus courtes

À moins de vouloir écrire un roman – et encore! – je vous conseille de miser sur des phrases plus courtes que longues.

Vous savez, ces longues phrases interminables qui s’étendent sur plusieurs lignes pour communiquer au lecteur une tonne d’informations souvent très pertinentes et intéressantes  mais qui deviennent si longues qu’on ne se souvient plus ce que l’auteur tente de nous dire ou de nous faire comprendre.

Ai-je besoin d’en dire plus? Généralement, une phrase de trois lignes et plus est considérée comme trop longue. Truc de pro : divisez-la en deux ou trois phrases pour faciliter la lecture et la compréhension. Vos lecteurs vous en seront reconnaissants!

4. Utiliser des temps de verbe cohérents

C’est la bête noire de plusieurs : si simple à dire, mais si difficile à faire! L’utilisation de plusieurs temps de verbe non cohérents dans un même texte crée de la confusion chez le lecteur.

Fondée en 1995, notre entreprise nait d’une fusion entre deux entreprises québécoises. L’expertise de l’entreprise A résidait dans la fabrication d’équipements informatiques, alors que l’entreprise B se spécialise dans la commercialisation de services informatiques. Des discussions entre les deux dirigeants donnèrent naissance à notre entreprise, qui sera reconnue comme un chef de file de l’industrie.

Fondée en 1995, notre entreprise est née d’une fusion entre deux entreprises québécoises. L’expertise de l’entreprise A résidait dans la fabrication d’équipements informatiques, alors que l’entreprise B se spécialisait dans la commercialisation de services informatiques. Des discussions entre les deux dirigeants ont donné naissance à notre entreprise, qui est reconnue comme un chef de file de l’industrie.

Dans le premier exemple, on utilise plusieurs temps de verbe : indicatif présent, imparfait, passé simple et futur simple. Dans le second exemple, on se limite à l’utilisation de verbes au passé et au présent. Même si on arrive à comprendre l’idée exprimée dans le premier exemple, vous conviendrez que le deuxième exemple est beaucoup plus clair. N’est-ce pas?

Notez qu’il s’agit ici d’un texte fictif que j’ai moi-même composé de toutes pièces et non du texte d’un client.

5. Penser au lecteur

Gardez toujours en tête que vous n’écrivez pas pour vous, mais bien pour votre lecteur. Quel est son profil? Que veut-il apprendre à la lecture de votre texte? On ne s’adressera pas de la même façon à des spécialistes dans un domaine bien précis qu’à des touristes à la recherche d’une nouvelle destination vacances. Adaptez votre style rédactionnel et votre vocabulaire à votre public cible. Bref, adoptez le ton qui convient au contexte de communication dans lequel vous vous trouvez. Un incontournable si vous voulez atteindre vos objectifs!

***

Rappelez-vous que le contenu est aussi important que le contenant. Même le plus beau design ne pourra pas remplacer la qualité de votre texte. En fait, l’un ne va pas sans l’autre! Un texte et un design efficaces vous mèneront encore plus loin.

 

nouvelleorthographeCe blogue utilise les rectifications de l’orthographe du français. 

Lire plus

Comment écrire pour atteindre ses objectifs?

Bien écrire, c’est une chose, mais encore faut-il savoir écrire pour atteindre ses objectifs d’affaires. Cela exige une réflexion préalable pour s’assurer que le contenu de votre publicité, votre site web ou votre infolettre soit attrayant et efficace.

À travers les différents mandats que je réalise, je me fais un devoir de respecter les règles que voici.

Fixer des objectifs clairs et mesurables

Évidemment, établir des objectifs réalistes et mesurables vous aidera à mieux circonscrire vos actions pour atteindre de meilleurs résultats. Sans but précis, il devient facile de se perdre et de submerger vos lecteurs d’informations plus ou moins pertinentes. Il est donc préférable de bien définir dès le début ce que vous souhaitez réussir à accomplir.

Les agences de publicité et les consultants en stratégie marketing sont vos meilleurs alliés. Grâce à leur expertise, ils établissent des objectifs SMART (spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporels) qui guident ensuite la rédaction de contenus. Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger la grille proposée par FLY Conseils pour déterminer vos objectifs SMART.

Identifier le contexte de communication

Il faut aussi prendre le temps de bien identifier le contexte de communication dans lequel vous vous trouvez. S’agit-il d’un lancement, d’un évènement spécial, d’une vente en magasin ou en ligne? Qu’est-ce que votre entreprise cherche à communiquer et comment veut-elle le faire?

Par exemple, une entreprise peut décider de mettre en place une campagne publicitaire sur le web, dans les médias sociaux et par courriel pour annoncer l’arrivée de sa nouvelle collection de vêtements d’été. Une autre entreprise optera peut-être pour la parution d’un publireportage dans le journal pour expliquer et promouvoir ses produits et services auprès de clients potentiels.

Il est primordial de bien cerner le contexte de communication ainsi que les outils qui seront utilisés pour transmettre le message. La plupart des entreprises travaillent avec une agence de publicité ou un consultant en stratégie marketing pour trouver la recette gagnante.

Une chose est certaine : négliger cette étape serait une grave erreur. La compétition est féroce et les consommateurs sont constamment sollicités de toutes parts. Vous devez faire les bons choix dès le début pour obtenir un retour sur investissement à la hauteur de vos attentes.

Définir la cible

Les consommateurs sont de plus en plus avertis : ils verront clair dans votre jeu si vous utilisez des phrases déjà « toutes faites ». Vos clients doivent sentir que vous vous adressez à eux et que votre message est cohérent avec ce qu’ils recherchent. Autrement, ils passeront vite à autre chose.

La segmentation de l’auditoire par la définition de persona permet une communication plus directe et mieux adaptée aux différents profils de consommateurs.

Selon FLY Conseils, un persona est un personnage fictif conçu pour représenter les comportements d’un groupe d’utilisateurs.

Par exemple : Judith est une jeune femme moderne et urbaine, âgée de 27 ans, qui habite Montréal avec son conjoint. Enseignante au secondaire, elle voue une grande passion à la mode. Judith est abonnée à des magazines de mode et craque pour tout ce qui est tendance à prix abordable. Elle aime naviguer sur les sites web de ses marques et boutiques préférées, si bien qu’elle achète aussi souvent en ligne qu’en magasin. Consultez le blogue des Dompteurs de souris pour en savoir plus sur les personas.

Faites vous aussi l’exercice de définir votre cible en identifiant ses principales caractéristiques et attentes. Il vous sera ensuite beaucoup plus facile de trouver les bons mots pour capter son attention et l’amener à passer à l’action.

Choisir les bons mots

Se démarquer de la concurrence ne passe pas uniquement par le design! Le choix des mots et le ton que vous donnerez à vos communications sont tout aussi importants. En fait, ils peuvent faire une réelle différence et renforcer l’aspect visuel d’une publicité, d’une infolettre ou d’un site web. Un visuel accrocheur n’aura pas le même impact si le texte qui l’accompagne n’est pas du même calibre. Trouver le bon équilibre entre la présentation visuelle et le contenu est essentiel.

Ceci est d’autant plus important lorsqu’il est question du contenu de votre site web. Le choix des mots que vous utiliserez influencera directement le référencement naturel de votre site web. En fait, écrire pour le web demande des connaissances particulières et beaucoup d’attention – ce que plusieurs entreprises ont malheureusement tendance à oublier.

Une expression anglaise bien connue dit : less is more.

La sobriété a souvent bien meilleur gout. Alors, faites preuve de créativité et de curiosité tout en demeurant authentique. Restez fidèle aux caractéristiques qui rendent votre entreprise unique en son genre. À trop vouloir trouver l’idée de génie, on oublie parfois l’essentiel : communiquer efficacement son message pour être bien compris par sa cible.

 

nouvelleorthographeCe blogue utilise les rectifications de l’orthographe du français.

Lire plus

Comment vaincre le syndrome de la page blanche?

Le syndrome de la page blanche, vous connaissez? Vous savez, cette angoisse indescriptible que nous avons tous ressentie un jour ou l’autre devant un texte à écrire – même moi, je l’avoue!

Je vous propose aujourd’hui quelques astuces pour vous débarrasser une fois pour toutes de la « peur de la page blanche ».

Mais de quoi s’agit-il?

Aussi appelé le « blocage de l’écrivain » le syndrome de la page blanche est l’angoisse vécue lorsqu’il y a difficulté à trouver l’inspiration et la créativité nécessaires pour écrire.

Plusieurs émotions sont alors ressenties : anxiété, stress, sentiment d’incompétence, impuissance, etc. La panique s’empare de la personne, qui se sent encore plus vulnérable. C’est le début d’un cercle vicieux; plus la personne anticipe le syndrome de la page blanche, plus celui-ci refait surface.

Comment y remédier?

Trouvez un lieu de création confortable et stimulant qui vous convient. Ce lieu peut varier d’une personne à l’autre : certaines préfèrent écrire à la maison en toute tranquillité, alors que d’autres aiment les endroits plus vivants comme les cafés. À vous de décider!

Choisissez le moment de la journée où votre productivité est à son apogée. En ce qui me concerne, c’est tôt le matin que je suis le plus inspirée. C’est donc à ce moment que les idées fusent dans tous les sens. Et vous, quel est le vôtre?

Cessez de vous censurer! Écrivez spontanément tout ce qui vous passe par la tête. Vous pourrez ensuite vous relire et améliorer certains passages moins bien réussis. Plus vous vous entêterez à écrire la version finale dès le début, plus vous contribuerez à alimenter le syndrome de la page blanche.

Faites preuve de patience! Une expression bien connue dit que « l’appétit vient en mangeant ». Pour ma part, je crois que « la créativité vient en s’exerçant », d’où l’importance de ne pas lâcher prise et de persister.

Dans le doute, mettez votre travail de côté pour vous changer les idées. Vous y reviendrez un peu plus tard, à tête reposée. Vous pouvez aussi demander à un collègue, un ami ou un membre de votre famille de vous lire afin de donner ses commentaires.

En terminant, n’oubliez pas que la rédaction est un art qui s’apprend. Bien entendu, certaines personnes possèdent des aptitudes naturelles qui facilitent l’écriture, mais quiconque investit les efforts nécessaires peut arriver à développer cette habileté. À vos crayons!

 

nouvelleorthographeCe blogue utilise les rectifications de l’orthographe du français.

Lire plus

7 bonnes raisons d’engager une rédactrice pigiste

Vous avez des besoins spécifiques en matière de rédaction ou de révision de textes? Vous hésitez à recourir aux services d’une rédactrice pigiste? Dans mon billet de blogue de janvier dernier (intitulé Rédactrice pigiste, vous dites?), je vous ai décrit ma réalité professionnelle en vous affirmant qu’il est avantageux de choisir une rédactrice pigiste. Voici 7 bonnes raisons de passer à l’action.

Vous noterez que j’emploie le féminin tout au long de mon article. Il y a bien sûr aussi des rédacteurs pigistes très talentueux, mais cette fois-ci, le féminin l’emporte sur le masculin! Je fais en quelque sorte un pied de nez à cette règle grammaticale de la langue française.

1.    Des textes de qualité

Le contenu de vos communications est le reflet de votre entreprise auprès de vos clients. Quelle image voulez-vous projeter? Comment aimeriez-vous être perçu? Des textes accessibles et efficaces rédigés avec professionnalisme peuvent faire toute la différence. Vous n’avez qu’une seule chance de faire une bonne première impression, alors ne passez pas à côté!

2.    Des textes sans fautes

Vos clients ne sont pas dupes! Plusieurs d’entre eux remarqueront les fautes qui se sont glissées dans votre site web ou dans vos différents outils promotionnels. La plupart d’entre eux ne vous le diront pas, mais certains plus perspicaces ne se gêneront pas pour vous en faire part… parfois même publiquement! Évitez les pertes de temps et d’énergie en ayant recours à des services professionnels de rédaction et de révision de textes.

3.    Un œil neuf

Un regard neuf est souvent une bonne chose! Une rédactrice pigiste vous aidera à mettre vos informations à jour et identifiera les failles dans le contenu de vos communications. Par exemple, on peut retrouver des renseignements contradictoires dans votre site web ou encore des informations qui n’ont pas été mises à jour. Un avis externe vous permettra d’y voir plus clair.

4.    Une économie de temps

Concentrez-vous sur ce qui vous passionne vraiment. Vous tenez les rênes d’une entreprise qui a une mission et des objectifs à atteindre. Comme les journées n’ont que 24 heures, allez directement à l’essentiel et confiez le reste à des professionnels qualifiés. Vous gagnerez en temps et en efficacité, c’est garanti!

5.    Un respect des échéanciers

Mon expérience avec les agences web m’a permis de constater que de nombreux clients n’arrivent pas à fournir les textes pour leur site web dans les délais requis. Résultat : le site web n’est pas mis en ligne au moment souhaité et l’échéance est sans cesse repoussée. Pourquoi ne pas confier la rédaction des contenus à une rédactrice pigiste qui pourra livrer les textes à temps et effectuer le suivi avec l’agence? Tout le monde y gagne!

6.    Un service sur mesure

Vous avez des besoins bien précis et des objectifs à atteindre? Il suffit de frapper à la bonne porte pour obtenir le service que vous souhaitez! Chaque rédactrice pigiste a ses forces. À vous de trouver la personne qui répond à vos attentes pour obtenir un service entièrement personnalisé. Vous pourrez établir, de concert avec la personne retenue, les spécificités de votre projet ainsi que les conditions de travail. Un atout non négligeable!

7.    Des tarifs abordables

On croit souvent – à tort – que les services de rédaction à la pige sont très dispendieux. Détrompez-vous! Il est au contraire très avantageux de recourir aux services d’une rédactrice pigiste puisque cette personne exigera une rémunération en fonction de vos besoins, ni plus ni moins. Plusieurs petites entreprises n’ont pas les moyens de se payer une professionnelle en communication à temps partiel ou à temps plein. L’embauche d’une rédactrice pigiste est alors la solution optimale.

Je vous ai donné ici 7 bonnes raisons d’engager une rédactrice pigiste. Bien entendu, il en existe d’autres que vous découvrirez en travaillant avec moi. À bientôt peut-être!

 

nouvelleorthographeCe blogue utilise les rectifications de l’orthographe du français.

Lire plus

Rédactrice pigiste, vous dites?

Plusieurs personnes de mon entourage me demandent ce que je fais pour gagner ma vie. Je leur réponds alors que je suis rédactrice pigiste. Toutes hochent la tête en signe d’approbation, puis me disent après quelques secondes d’hésitation : « et ça consiste en quoi, exactement? »

Qu’est-ce que ça mange en hiver, un rédacteur?

Comme son nom l’indique, la profession de rédacteur ou de rédactrice consiste à rédiger des textes. Le ou la professionnelle peut, par exemple, fournir des textes spécialisés, des articles dans une entreprise de presse ou un média d’information, des textes publicitaires ou encore du contenu web. Bref, chaque rédacteur ou rédactrice se spécialise généralement dans un ou quelques domaines bien précis. C’est ce qu’on appelle « trouver son créneau ».

Par ailleurs, certains rédacteurs et rédactrices sont employés par des entreprises, organisations ou gouvernements. D’autres optent pour le titre de « pigiste », par choix ou par obligation. Ils travaillent donc sur demande, en fonction des besoins de différents clients qui n’ont pas de rédacteur ou rédactrice à leur emploi ou qui cherchent une ressource temporaire pour compléter leur équipe. Une chose est certaine : les avantages pour une entreprise de recourir aux services d’un rédacteur ou d’une rédactrice pigiste sont nombreux – nous en parlerons dans un autre billet de blogue.

L’encadrement de la profession

Bien qu’il n’existe aucun ordre professionnel comme c’est le cas pour d’autres professions, la Société québécoise de la rédaction professionnelle propose de reconnaître les compétences de ses membres. Ainsi, tout professionnel répondant aux critères de la SQRF bénéficie du titre de « rédacteur agréé », gage de qualité pour les entreprises et organisations à la recherche de professionnels consciencieux.

Également, de plus en plus de programmes universitaires offrent des formations axées sur la rédaction. C’est notamment le cas du baccalauréat en communication, rédaction et multimédia de l’Université de Sherbrooke – là où j’ai étudié de 2003 à 2006. Dirigés par des professionnels réputés, les cours de cette formation accordent une importance particulière à la créativité et au style rédactionnel… sans oublier la qualité de la langue française – eh oui, personne n’y échappe!

Les hauts et les bas de la profession

Comme partout ailleurs, il y a des avantages et des inconvénients à être rédacteur ou rédactrice pigiste. Bien sûr, on fait ses propres horaires de travail, on arrive à une meilleure conciliation travail-famille et on choisit ses mandats. On doit toutefois faire preuve d’une grande discipline, constamment trouver des sources d’inspiration et apprendre à devenir son propre patron. Parfois, les contrats se présentent tous en même temps, alors qu’à certains moments ils se font plus rares. C’est là que le réseautage prend toute son importance.

En ce qui me concerne, ce choix professionnel est l’aboutissement d’une suite logique d’expériences des 7 dernières années sur le marché du travail. J’ai envie de relever ce nouveau défi et je suis bien soutenue par mes associés au sein de l’entreprise familiale Lambert & Bonin.

Peut-on vraiment vivre de la rédaction à la pige?

Je n’ai pas fait de recherche exhaustive sur la question, alors il s’agit ici de mon point de vue personnel. J’ai tendance à croire que quiconque travaille très fort peut tirer son épingle du jeu et bien gagner sa vie. Tout est une question de compétence, de réseautage et de « timing » — excusez l’expression anglophone. Une personne qui rédige des textes efficaces, qui sait répondre aux attentes du client et qui sait bien « se vendre » peut accomplir de grandes choses.

Dans mon cas, la vie m’a appris que la sécurité d’emploi n’existe pas ou très peu. J’ai donc décidé de tenter le coup au printemps dernier après une seconde perte d’emploi en politique. Même si ce n’est pas toujours rose, je suis convaincue qu’il existe une place pour mon travail. C’est du moins ce que je me répète chaque jour… et ça fonctionne!

 

nouvelleorthographeCe blogue utilise les rectifications de l’orthographe du français.

Lire plus